Les citoyen.ne.s de tous les continents vont se réunir autour du mouvement Dans nos Rues pour le Climat.

Le 8 septembre, nous allons nous réunir dans nos quartiers pour agir, présenter les communautés dans lesquelles nous souhaitons vivre, et montrer aux pouvoirs publics comment suivre notre exemple. Nous allons connecter tous nos efforts à l’échelle mondiale, pour contribuer à créer une vague que rien ne pourra arrêter, depuis nos mairies, nos écoles et nos lieux de culte.

Nous sommes à un moment charnière. Les objectifs internationaux doivent être atteints avant 2020 pour combattre la crise climatique. Il reste peu de temps pour agir. Pourtant, l’action gouvernementale concrète est, au mieux, trop lente.

Face aux effets grandissants du dérèglement climatique, nous ne pouvons plus nous contenter d’attendre ce qui émanera des négociations bureaucratiques. Nos dirigeant.e.s locaux.ales doivent intensifier leurs efforts et faire tout leur possible dès maintenant pour mettre fin aux combustibles fossiles et développer une énergie 100 % renouvelable accessible à tou.te.s.

Nous pensons que leSommet Mondial sur l’action pour le Climat, qui aura lieu en Californie du 12 au 14 septembre 2018, représente une occasion unique de faire pression sur les pouvoirs publics locaux et leurs institutions, pour élever leurs ambitions et en faire davantage pour le climat. Chaque dirigeant.e local.e a été invité.e à prendre un engagement autour du Sommet.

Nous pensons que c’est l’occasion de placer la barre plus haut, d’élever les objectifs en matière de protection climatique, et de réduire l’écart entre ce que la justice et la science nous expliquent clairement d’une part, et l’action malheureusement très lente de nos pouvoirs publics d’autre part.

Nos actions ne s’arrêteront pas après cette mobilisation, nous maintiendrons la pression pour que nos dirigeant.e.s locaux.ales et nationaux.ales passent de la parole aux actes.

Chaque dirigeant.e local.e a le pouvoir, ainsi qu’une obligation morale de faire tout ce dont il.elle est capable pour mettre fin aux combustibles fossiles et développer une énergie 100% renouvelable accessible à tou.te.s.

Du point de vue politique, la lutte contre la crise climatique implique des mesures simples : Des engagements publics et raisonnables en faveur d’une transition rapide et juste vers un monde sans combustibles fossiles, alimenté par une énergie 100% renouvelable accessible à tou.te.s.

Nous ne pouvons plus continuer à tirer notre énergie de combustibles polluants et dépassés. L’heure est venue de nous approvisionner à partir d’une énergie propre et renouvelable issue du soleil, du sol, du vent et de l’eau.

Il est indispensable que chacune des administrations et institutions à l’échelle locale s’engage à développer une énergie 100% renouvelable et à abandonner les projets énergétiques polluants qui menacent sa communauté. C’est le minimum pour apporter une réponse aux exigences de la science et de la justice.

Le Sommet Mondial sur l’action pour le Climat est un rassemblement de maires, de pouvoirs publics, d’entreprises et de membres de la société civile, qui se tiendra à San Francisco du 12 au 14 septembre 2018. Son objectif annoncé est de mettre à l’honneur les actions climatiques qui ont lieu dans le monde entier, et d’inspirer des engagements plus profonds entre ses participant.e.s et de la part des autorités nationales. Il s’agira du plus grand rassemblement de ce genre. Nous pensons que c’est une occasion unique de faire pression sur les dirigeant.e.s locaux.ales afin qu’ils.elles intensifient leurs efforts pour mettre fin aux combustibles fossiles et produire une énergie 100% renouvelable, accessible à tou.te.s.

Mais ce sommet ne doit pas se limiter à des paroles. Il faut que les communautés, les villes, les régions, les pouvoirs publics, les entreprises, les institutions et les lieux de cultes relèvent leurs ambitions de manière significative – et aillent au-delà de l’accord de Paris sur le climat, pour rattraper le retard engendré par la lenteur de l’action politique. Mais le temps presse, l’époque des fausses bonnes solutions est révolue. Le monde doit rapidement abandonner les combustibles fossiles pour se tourner vers une énergie 100% renouvelable accessible à tou.te.s.

Dans nos Rues pour le Climate est un mouvement international organisé par des centaines de dirigeant.e.s locaux.ales et des dizaines de partenaires. Il est piloté par un comité mondial, qui collabore avec nos partenaires internationaux et nationaux. Pour voir la liste complète des groupes impliqués, cliquez ici.

Chaque action individuelle est différente, mais la plupart sont organisées par des groupes locaux qui ouvrent la voie vers l’action climatique dans leurs communautés. Vous pouvez organiser une action dans votre communauté en vous inscrivant sur la carte ci-dessus.

Si votre organisation souhaite soutenir Dans nos Rues pour le Climat, contactez ici le comité de pilotage.

Vous pouvez soutenir Dans nos Rues pour le Climat de nombreuses manières. Vous pouvez organiser une action et l’enregistrer sur la carte, faire la promotion de cette journée d’action ou y participer. Si vous avez la moindre question, prenez contact avec nous en cliquant ici.

Le changement climatique est à la fois la cause et la conséquence de l’injustice. Il est tout simplement impossible de résoudre la crise climatique sans construire une économie équitable, égalitaire, qui ne laisse personne de côté.

Les conséquences de la crise climatique pèsent sur celles et ceux qui y contribuent le moins. Par exemple, les populations autochtones, les communautés en première ligne dans les pays vulnérables, les communautés racisées et défavorisées sont les plus touchées par l’extraction des combustibles fossiles. Étant directement exposées à des quantités dangereuses et excessives de pollution, elles subissent donc en premier lieu les effets de la crise climatique.

La transition rapide et équitable vers une économie fondée sur une énergie 100 % renouvelable protégera les communautés les plus vulnérables, notamment là où les combustibles fossiles ont un impact direct sur les habitant.e.s des villes ou états concernés. La voix des travailleur.euse.s doit être entendue par les entreprises et les pouvoirs publics, qui doivent collaborer pour mettre en place des plans en matière d’emploi, notamment des formations, du soutien et, si nécessaire, la reconversion des travailleur.euse.s. L’abandon des combustibles fossiles est urgent et doit s’effectuer sans nuire aux membres les plus vulnérables de la société.